Etre en contact avec la nature est bon pour le sommeil !

 

                            

 

Selon les conclusions d'une nouvelle étude de chercheurs de l'Université de l'Illinois, aux États-Unis, les hommes et les personnes âgées de 65 ans et plus qui vivent dans un environnement où la nature est plus présente dorment mieux. Les résultats ont été publiés dans la revue Preventive Medicine.

«Des études antérieures montrent que le manque de sommeil est associé à un déclin de la santé mentale et physique, à la réduction des fonctions cognitives et à l'augmentation de l'obésité. Cette nouvelle étude prouve que l'exposition à un environnement naturel peut aider les gens à trouver le sommeil dont ils ont besoin», déclare Diana Grisby-Toussaint, professeure de kinésiologie et de la santé communautaire et membre de la division des sciences de la nutrition au sein de l'Université de l'Illinois, à Chicago.

Pour arriver à ces conclusions, le professeur Grisby-Toussaint a travaillé avec deux chercheurs de son université et avec des scientifiques de l'école de médecine de l'université de New York. L'équipe a utilisé des données provenant du «Behavioral Risk Factor Surveillance System», un outil de surveillance mis en place par le «Center for Disease Control and Prevention» (CDC).

255 171 adultes américains ont été interrogés pour savoir s'il y avait une association entre les jours de manque de sommeil déclarés et l'accès à un espace vert.

L'équipe a également utilisé un indice américain spécifique (USDA) pour mesurer notamment le nombre d'heures d'ensoleillement dans les zones géographiques préférées des participants, paramètre important qui intervient dans la régulation du rythme circadien (un cycle de 24 heures qui régule, entre autres, le rythme veille-sommeil, ndlr.) et la température d'une personne.

Après l'analyse des réponses au questionnaire sur la qualité du sommeil pendant le dernier mois, les chercheurs ont constaté que la réponse la plus courante était que les personnes interrogées avaient mal dormi pendant moins d'une semaine.

 

Les hommes plus sensibles que les femmes

 

«Fait intéressant, à travers l'ensemble de l'échantillon, les personnes ayant déclaré 21 à 29 jours de manque de sommeil ont moins de facilité d'accès à des espaces verts que ceux qui déclarent moins d'une semaine de mauvais sommeil», précise le professeur Grisby-Toussaint.

Dans le détail, pour les hommes, la relation entre sommeil et exposition à l'espace vert était beaucoup plus forte que pour les femmes. Même remarque pour les plus de 65 ans (hommes et femmes) qui ont considéré que la nature était une aide précieuse pour atteindre un bon sommeil.

Des résultats qui ouvrent des voies d'accompagnement plus efficaces pour les personnes qui souffrent de troubles du sommeil. Par exemple, encourager les patients à se rendre plus souvent dans un cadre naturel ou inciter les institutions qui s'occupent de personnes retraitées, à concevoir des bâtiments avec plus d'éclairage, plus de jardins et plus d'espaces qui invitent aux activités en plein air.

 

 

Vous pouvez retrouver cet article dans la rubrique Santé du site web canoe.ca ou en cliquant sur ce lien.

  

Oreillers en latex 100% naturel issu de l'hévéa

     Oreillers 100% latex naturel, 70x50 et 60x40.