Le paradoxe du somnambule : il souffre de migraine mais ne ressent pas la douleur.

     

le paradoxe du somnambule - Oreillers bio ESCOT.

  

SOMMEIL : 

Si vous voyez un somnambule se cogner l'orteil contre la table basse du salon, pas d'inquiétude, il n'a probablement rien senti... Ce choc anodin et pourtant si douloureux qu'il vous plierait en deux n'a que peu de chance de perturber ceux qui marche en dormant. C'est en tout cas ce que semble suggérer une étude menée par des chercheurs français de l'hôpital Gui-de-Chauliac à Montpellier. L'équipe dirigée par le Pr Yves Dauvilliers a mis en lumière "l'énigme clinique" de la douleur chez les somnambules : un véritable paradoxe. En effet, les chercheurs établissent qu'alors que cette population est plus sujette aux maux de tête et migraines, environ 80% d'entre elles ne ressentiraient pas la douleur due à d'autres causes lors d'une crise de somnambulisme. En cause ? Un état dissociatif propre à leur trouble du sommeil qui peut modifier non seulement la conscience et le comportement, mais aussi la perception de la douleur.

 

Les somnambules plus sujets aux migraines

C'est en voulant mener une étude sur la fréquence des douleurs chroniques, maux de têtes et migraines chez les somnambules que l'attention des chercheurs s'est déportée sur ce paradoxe. S'ils ont bien constaté que les patients se plaignaient en moyenne quatre fois plus de maux de tête et dix fois plus de migraines, l'étude menée sur 100 somnambules comparés à 100 personnes ne souffrant pas de troubles du sommeil a donc révélé autre chose. Les somnambules les plus sujets aux douleurs chroniques lorsqu'ils sont éveillés sont aussi ceux les moins sensibles à la douleur lors de leurs promenades nocturnes. Ainsi, sur les 47 personnes s'étant blessées parfois sérieusement pendant leur sommeil, la douleur n'en a réveillé que 10. Pour les 37 autres, ils se sont recouchés comme si de rien n'était... jusqu'à leur réveil, lors duquel la douleur se réveillait elle aussi.

 

Des blessures sérieuses, mais indolores 

Parmi les exemples cités par les chercheurs, certains sont assez incroyables. Ainsi le cas de ce patient qui est retourné se coucher après avoir sauté du troisième étage et avoir subi de multiples fractures. Ou de cet autre qui s'est cassé la jambe après être tombé du toit de sa maison sur lequel il cherchait à grimper et qui ne s'est finalement réveillé que le lendemain matin. Les chercheurs pointent ainsi un problème de nociception, ce processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur et qui sert normalement d'alerte à l'organisme. Ces travaux parus dans la revue spécialisée Sleep font ainsi l'observation d'un paradoxe qui nécessitera des recherches plus poussées avec un protocole spécifique afin de déterminer quel étrange tour le cerveau joue aux promeneurs nocturnes.

 

 

Cet article, issu du site web www.scienceetavenir.fr est également disponible via ce lien.

  

Oreillers et coussins en latex 100% naturel - Oreillers bio ESCOT.

Ets ESCOT, fabrication d'oreillers, de traversins et de coussins en latex 100% naturel.